Au cours des quatre dernières décennies, les fabricants du monde entier ont délocalisé leur production vers des pays où le coût de la main-d’œuvre est moins élevé. Les entreprises américaines, européennes et japonaises ont déplacé une grande partie de leur production vers les pays en développement d’Asie et d’Amérique latine, aidant d’abord des pays comme la Malaisie et le Chili, puis d’autres comme la Chine et le Mexique, et enfin d’autres comme le Vietnam et le Bangladesh. Aujourd’hui, le Chili et la Malaisie sont des économies à revenu élevé, la Chine et le Mexique sont devenus des pays à revenu moyen supérieur, et le Vietnam et le Bangladesh ont atteint un revenu moyen inférieur. Le tour de l’Afrique était censé être le suivant.

Mais la dernière vague de technologies semble porter un sérieux coup aux perspectives économiques de l’Afrique. Adidas, la société allemande d’articles de sport, a créé des “Speedfactories” à Ansbach en Allemagne et à Atlanta aux États-Unis, qui utilisent le tricotage informatisé, la découpe robotisée et l’impression 3D pour produire des chaussures de sport. Foxconn – l’entreprise taïwanaise connue pour la fabrication de produits Apple et Samsung dans la province chinoise de Jiangsu – a récemment remplacé 60 000 ouvriers par des robots industriels. En réduisant l’importance de la compétitivité des salaires, les robots dans les “usines intelligentes” peuvent complètement changer ce qu’il faut pour qu’un endroit soit compétitif sur le marché mondial des produits manufacturés. Si les économies à haut revenu délocalisent leur production, cela pourrait ralentir, voire inverser, la migration des nouveaux arrivants d’Afrique dans les chaînes de valeur mondiales. Le cas de la Chine, qui s’automatise rapidement pour faire face à la baisse de sa compétitivité salariale, est potentiellement encore plus important étant donné les récentes prévisions d’une migration en masse des activités manufacturières légères vers des économies où le coût de la main-d’œuvre est moins élevé, comme en Afrique.

PAS SI VITE

La séance plénière d’ouverture de la conférence du Centre for the Study of African Economies (CSAE), qui s’est tenue à Oxford en mars dernier, a porté sur les conséquences de l’automatisation et de l’intelligence artificielle (IA) pour les perspectives économiques de l’Afrique (voir en ligne). J’ai souligné trois raisons pour lesquelles la diffusion des robots dans les pays à revenu élevé ne signifie pas la fin du développement de l’Afrique axé sur la fabrication à forte intensité de main-d’œuvre.

Premièrement, l’automatisation ne touche pas l’ensemble du secteur manufacturier, et les industries caractérisées par une faible intensité d’utilisation des robots resteront un point d’entrée possible. Il s’agit notamment d’un éventail de produits manufacturés de base ainsi que de biens négociables à forte intensité de main-d’œuvre tels que les vêtements, le cuir et les chaussures. Les tendances récentes en matière d’investissements directs étrangers (IDE) dans l’habillement et les produits en cuir indiquent une migration continue de l’activité économique vers des lieux où les salaires sont plus bas. La Chine et les pays d’Europe de l’Est comme la Bulgarie, la Hongrie et la Roumanie ont en fait connu une baisse du nombre de projets d’IDE greenfield en 2011-15 par rapport à 2003-07, tandis que l’Éthiopie, l’Indonésie, la Serbie et le Vietnam ont connu des augmentations. Il se peut que les IDE continuent de migrer de la Chine vers les pays à revenu moyen inférieur d’Asie et d’Afrique et des pays à revenu élevé vers les pays à faible revenu de la région Europe et Asie centrale.

La séance plénière d’ouverture de la conférence du Centre for the Study of African Economies (CSAE), qui s’est tenue à Oxford en mars dernier, a porté sur les conséquences de l’automatisation et de l’intelligence artificielle (IA) pour les perspectives économiques de l’Afrique (voir en ligne). J’ai souligné trois raisons pour lesquelles la diffusion des robots dans les pays à revenu élevé ne signifie pas la fin du développement de l’Afrique axé sur la fabrication à forte intensité de main-d’œuvre.

Premièrement, l’automatisation ne touche pas l’ensemble du secteur manufacturier, et les industries caractérisées par une faible intensité d’utilisation des robots resteront un point d’entrée possible. Il s’agit notamment d’un éventail de produits manufacturés de base ainsi que de biens négociables à forte intensité de main-d’œuvre tels que les vêtements, le cuir et les chaussures. Les tendances récentes en matière d’investissements directs étrangers (IDE) dans l’habillement et les produits en cuir indiquent une migration continue de l’activité économique vers des lieux où les salaires sont plus bas. La Chine et les pays d’Europe de l’Est comme la Bulgarie, la Hongrie et la Roumanie ont en fait connu une baisse du nombre de projets d’IDE greenfield en 2011-15 par rapport à 2003-07, tandis que l’Éthiopie, l’Indonésie, la Serbie et le Vietnam ont connu des augmentations. Il se peut que les IDE continuent de migrer de la Chine vers les pays à revenu moyen inférieur d’Asie et d’Afrique et des pays à revenu élevé vers les pays à faible revenu de la région Europe et Asie centrale.

QUE FAIRE ?

Alors que l’automatisation et l’IA relèvent la barre de ce qu’il faut pour réussir dans la fabrication axée sur l’exportation, le programme de faisabilité est au cœur de l’élargissement de l’ensemble des opportunités disponibles. Les grands défis de ce programme de faisabilité peuvent être représentés par la compétitivité, les capacités et la connectivité (3C). À mesure que les nouvelles technologies d’économie de main-d’œuvre réduisent l’importance des bas salaires dans la détermination des coûts, les pays africains devront répondre à des exigences plus strictes en termes d’infrastructures, de logistique et d’autres services de base, d’exigences réglementaires, de restrictions commerciales, etc. pour faire de l’industrie manufacturière axée sur les exportations une voie de croissance viable.

Cela met l’accent sur la “compétitivité” de l’environnement commercial et la “connectivité” aux marchés d’entrée et de sortie. L’autre solution, qui consiste à utiliser les technologies numériques pour produire des biens traditionnels, est également plus exigeante en termes d’infrastructures, de compétences, de pratiques de gestion, de cadre réglementaire pour l’écosystème des données et de droits de propriété intellectuelle dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC). Cette importance accordée aux “capacités” du pays à exploiter l’économie numérique définit l’initiative Économie numérique pour l’Afrique (DE4A) du Groupe de la Banque mondiale, qui place la connectivité numérique, les compétences et l’esprit d’entreprise au centre de ses préoccupations.

RECUEILLIR DAVANTAGE DE PREUVES

En lançant un avertissement et en identifiant certaines opportunités, le panel plénier d’ouverture de la conférence de la CSAE a souligné l’importance de combler les lacunes dans les connaissances théoriques, empiriques et politiques. Il s’agit, avant tout, d’élaborer de meilleures théories de la transformation structurelle. La fabrication axée sur les exportations est-elle la seule voie vers la croissance ? Ou bien le processus conventionnel de changement structurel, de l’agriculture à l’industrie manufacturière puis aux services, n’est-il plus aussi pertinent que par le passé ?

Sur le plan empirique, il y a peut-être beaucoup à apprendre des données au niveau des entreprises qui vont au-delà des frontières sectorielles. La frontière entre l’industrie manufacturière et les services étant de plus en plus floue, les services constituent-ils une part de plus en plus importante de la valeur ajoutée et de l’emploi pour les entreprises “manufacturières” ? Qu’est-ce qui freine l’adoption de technologies par les entreprises à travers les fonctions commerciales dans différents secteurs ?

En ce qui concerne les questions de politique, il est nécessaire d’identifier les cadres réglementaires qui peuvent permettre aux pays africains de tirer parti des processus de production à forte intensité de main-d’œuvre alors que les coûts unitaires de main-d’œuvre restent faibles par rapport au prix des technologies d’automatisation.

Il est difficile de prédire l’évolution de la technologie et ce qu’elle signifie pour les perspectives économiques de l’Afrique. Mais ce panel plénier de la conférence de la CSAE a émis une note d’optimisme prudent. Les données qui révèlent de nouvelles perspectives et distinguent la réalité de la fiction peuvent aider les pays à mieux se préparer.

Leave a Reply

Your email address will not be published.